Comment Netflix soutient et encourage de futurs showrunners dans le monde entier

Pleins feux sur le tout premier atelier Netflix pour showrunners, qui a rassemblé 11 scénaristes issus de 6 pays différents.

Des scénaristes venant d'Afrique du Sud, d'Allemagne, d'Égypte, de France, d'Italie et de Turquie se sont retrouvés à Amsterdam en novembre dernier à l'occasion du tout premier atelier Netflix de création collective pour showrunners.

Pendant deux jours et demi, les participants ont assisté à une variété de sessions en immersion qui couvraient l'ensemble du processus créatif, de l'écriture collaborative dans la "writers' room" jusqu'à la postproduction. 

L'atelier a débuté avec un dîner intime organisé par Kelly Luegenbiehl, vice-présidente des contenus originaux internationaux. À l'issue de la soirée, Kelly a prononcé un discours inspirant pour encourager les scénaristes à embrasser pleinement leur vision artistique.

Le premier jour, les scénaristes ont pu profiter d'une introduction au rôle de showrunner. La séance couvrait tous les aspects du métier, des meilleures stratégies pour recruter une équipe de scénaristes jusqu'au traitement des notes, c'est-à-dire comment les recevoir de la part des responsables créatifs, et comment en donner aux différents scénaristes travaillant sur une même série. Les participants ont également passé du temps avec plusieurs responsables de création Netflix pour discuter du processus créatif spécifique de la société.


Le deuxième jour, les showrunners reconnus Jason George (Narcos, un titre original Netflix) et Rina Mimoun (Everwood) ont proposé aux scénaristes de créer un pilote et de découper toute une saison en six épisodes. Après cet exercice, M-K Kennedy de l'équipe de production physique de Netflix a présenté les missions du showrunner pendant les phases de préproduction et de tournage. Il a prodigué des conseils précieux sur le rôle des scénaristes sur le plateau de tournage aux participants, dont un certain nombre n'avaient jamais visité un plateau dans leur pays d'origine.


En haut : Portia Gumede (Afrique du Sud) ; Nicole Norwood, directrice des contenus originaux internationaux chez Netflix ; Hamid Hlioua (France) ; Hatem ElKashef (Égypte) ; Mert Baykal (Turquie) ; Eileen Gibson Funke (consultante) ; Christopher Mack, directeur des talents créatifs chez Netflix ; Atasay Koç (Turquie).

En bas : Evren Sit (Turquie) ; Nicola Guaglianone (Italie) ; Eleonora Trucchi (Italie) ; Frédéric Garcia (France) ; Shady Abdul Latif (Égypte) ; Niko Schulz-Dornburg (Allemagne).


Leo de Wolff et Gillian Mackie, qui font partie respectivement des équipes de postproduction et VFX de Netflix, ont ensuite guidé les scénaristes dans les étapes finales de la livraison d'une série, dont le montage, l'étalonnage et les effets visuels. Enfin, Larry Tanz, vice-président des contenus originaux internationaux chez Netflix, a expliqué le service Netflix dans le détail. À la fin de l'atelier, Netflix a fait venir un photographe professionnel qui a tiré le portrait des participants pour leurs pages IMDB ou à d'autres fins publicitaires.

Cet atelier à Amsterdam a eu lieu alors que Netflix continue à développer du contenu en langue locale dans plusieurs pays. Tous les scénaristes invités avaient déjà contribué à l'écriture de séries originales Netflix, notamment Baby et Suburra en Italie, Atiye en Turquie, et deux séries françaises : Mortel et The Eddy, qui sortira prochainement.

« Je remercie l'atelier des showrunners de m'avoir rappelé que l'écriture est un processus qui continue jusqu'à ce que l'œuvre apparaisse à l'écran », s'est enthousiasmé Evren Sit, une participante turque qui a déjà travaillé avec Netflix sur la série originale Atiye (diffusée dans le monde entier le 27 décembre). « J'ai maintenant une bien meilleure idée de la façon dont je peux participer à l'intégralité du processus de showrunning. »

Cet atelier était une première pour Netflix, mais la société a déjà souvent montré son engagement envers des showrunners débutants du monde entier. La casa de las flores est un projet du Mexicain Manolo Caro, nouveau dans l'univers des séries. Sex Education est la toute première série de la scénariste britannique Laurie Nunn. Les cocréateurs de Fauda sont les Israéliens Lior Raz et Avi Issacharoff, qui travaillent également sur une seconde série pour Netflix, tout comme Charlie Covell, l'actrice et scénariste britannique de The End of the F***ing World. Les Allemands Baran bo Odar et Jantje Friese, en couple à la ville comme au travail, ont cocréé Dark et signé un nouveau projet en collaboration avec Netflix en 2018.

« Alors que nous continuons à développer notre offre de contenus originaux régionaux, il est de plus en plus important de soutenir et d'encourager de nouveaux talents issus de nos marchés émergents », a expliqué Nicole Norwood, directrice des contenus originaux internationaux en Italie. « Nous pensons que ce programme donnera aux scénaristes les bases pour lancer leur carrière de showrunner et les aidera à affiner ces compétences afin qu'ils les transmettent aux futures générations de scénaristes. »

-- Kate Stanhope

Kate Stanhope fait partie de l'équipe Communication.

Crédit photo : Victoria Ushkanova

Plus : Blog de l'entreprise

Haut